Cet article a été écrit par

19 septembre 2011

7ème tuerie à Vosne Romanée

7ème tuerie à Vosne Romanée7ème tuerie à Vosne Romanée

Nouvelle tuerie organisée en Bourgogne chez mon ami Benoît. On en profite pour fêter l’anniversaire de Fabrizio. Les personnes présentes sont Benoît, Fabrizio, Florence, Patrick, Carmen, Laurent, ainsi que Francis et sa femme qui se joindront à nous pour cette soirée du 16 juillet 2011. On voulait avec Patrick marquer le coup et comme nous étions en Bourgogne, quoi de plus normal que de faire une petite verticale de vieux Bordeaux 🙂

Nous avons quand même profité de notre visite en terre bourguignonne pour boire des bouteilles du coin et je dois avouer que ce n’était pas un calvaire… loin de là…

De plus, en avant-première mondiale, nous allons pour une fois mettre des notes aux vins avec une toute nouvelle méthode (car il n’y a pas de raisons que nous n’ayons pas, nous aussi, notre système de notation…) qui se base sur la radiesthésie et l’antenne de Lecher. Si j’ai bien compris les explications de Francis qui pour l’occasion sera notre guide 🙂 Cette méthode consiste à vérifier si le liquide du vin est bon pour notre corps (=ADN humain). Je dois vous avouer que c’est très compliqué et que je ne suis pas sûr d’avoir tout compris… En tout cas, Latour 1937 est néfaste pour le corps humain selon ces termes…. et le Beaune 1964 excellent…. Cela me laisse songeur, mais au moins, cela m’a permis de boire son verre de Latour 37…. Pour info, ces notes ont été mises à partir du Beaune 1964 de Doudet-Naudin.

On commence donc notre week-end avec un repas au comptoir des Tontons. Un menu presque unique avec une carte des vins magnifique pour tout amoureux de vins natures ou de copains. Attention, il y aussi de grandes bouteilles à la carte !

Corton-Charlemagne Grand Cru 2006 Georges Roumier

Nez minéral et d’agrumes. Au premier abord, le vin semble fermé. Après une aération de quelques minutes, la bouche est superbe, le vin commence à déployer ses arômes d’agrumes ainsi que des notes iodées/salines. Beaucoup de longueur, un volume large et du gras. Superbe!

 

Bonnes-Mares 2007 JF Mugnier

Nez  animal et de poivre doux. On se retrouve avec de la puissance mais aussi de la finesse. Nous sommes en pleine dualité. On sent que le vin est dense. La bouche est longue, soyeuse avec une belle matière. Des notes sauvages et de cassis complètent ce magnifique vin.

 

Quelques plats du repas:

 

Cidre 2009 Cyril Zangs

Plus rustique qu’un cidre Bordelet, celui-ci reste plus dans le registre du cidre fermier. Des notes de mines de crayons donnent à ce vin un style plaisant et parfait pour clore ce petit repas chez les Tontons Flingueurs 🙂

Après une visite religieuse dans le temple du livre vinicole à Beaune, nous repartons avec des sacs bien remplis ! Nous nous dirigeons alors vers le vignoble des grands blancs: Meursault, Puligny-Montrachet et ses Grands Crus (Bienvenues/Bâtard-Montrachet, Chevalier-Montrachet et Montrachet), Chassagne-Montrachet (qui a aussi une partie du Montrachet et du Bâtard-Montrachet ainsi que Les Criots) .

Une fois arrivés devant le Chevalier-Montrachet, nous nous sommes trouvés face à un couple asiatique qui venait de se marier et qui faisait des photos devant le porche. Ni une ni deux, notre équipe se prépare pour notre photo de mariage 🙂

 

Au retour on en profite pour visiter Volnay. Je voulais voir les Taillepieds, Les Mitans, Les Caillerets, Le Clos des Ducs et le Clos des Chênes. Pour moi, des noms tels que Le Marquis d’Angerville, Lafarge, De Montille ou encore Rossignol me font rêver. Suite à cette balade, nous nous dirigeons à la maison pour attaquer la soirée. On la commence d’ailleurs sur la terrasse en face de notre fameux Clos Goillote.

Puligny-Montrachet « Les Reuchaux » 2008 Boyer-Martenot

Le nez est dominé par des arômes d’agrumes. La bouche est ample, longue, équilibrée et avec une belle acidité. On retrouve toujours les arômes d’agrumes. J’aime beaucoup.

Champagne Chanoine Frères Cuvée Marie Leczinska 1973

Une bouteille de 77cl. Nez très résineux. Les bulles sont très fines et délicates. Je trouve qu’il y a toujours un moment solennel lorsqu’on ouvre un vieux champagne. C’est très crémeux avec un peu d’amertume en fin de bouche. Une fois encore nous avons à faire à une belle bouteille.

Champagne Jacques Selosse Brut Avize Grand Cru Spécial Club 1979

Nez d’agrumes, de bergamote, de miel et de cire. Très crémeux. Les bulles sont encore bien présentes et elles sont d’une élégance et d’une finesse remarquables. Il y a tout dans ce champagne: de la longueur, une acidité bien maitrisée et équilibrée, un crémeux soyeux. C’est une très grande bouteille à notre grande surprise. Un des tous premiers millésimes qu’Anselme Selosse  a vinifié seul si je ne me trompe pas. Excellent

Corton-Charlemagne 1970 Charles Viénot.

Au contraire de la Champagne, on se retrouve face à une bouteille de 73cl… Le nez est évolué avec des notes de caramel et de champignons des bois. La bouche est crémeuse et grasse. Il y a une superbe acidité et de la longueur. C’est bon, mais pas exceptionnel non plus.

La Grand Rue 2007 Domaine Lamarche

Beau nez épicé, sauvage et crémeux. La bouche a beaucoup de pureté. Un vin qui est  déjà bon à boire et qui donne un plaisir immédiat.

Puligny-Montrachet Les Combettes 1990 Etienne Sauzet

Nez avec beaucoup de fraîcheur, mais un peu acerbe. Des notes herbacées, citronnées et beurrées. En bouche, c’est très beau ! Longueur, puissance,  acidité bien présente et équilibrée. Des notes salines, de caramel, de caillou, de safran et de gingembre. Très bon

Auvenay 1961 Leroy (négociant  à Auxey-Meursault)

Etiquette un peu trop parfaite à mon goût… Couleur claire qui nous laisse présager un vin léger. Nez de prune, de laine mouillée et d’orange. On y décèle aussi des notes métalliques et chromées. En bouche, c’est déséquilibré et acide. On dirait du jus de groseille. Le vin est passé et, pour beaucoup, imbuvable :-).

Beaune 1964 Doudet-Naudin

Nez de chocolat et de moka ainsi que des notes iodées et viandées. La bouche est puissante, monolithique avec des notes de bûche au moka ou d’un autre dessert au moka. (l’harmonie est parfaite au niveau ADN 19/20) Bon

Aloxe-Corton 1961 Doudet Naudin

Nez de jus d’huître, de frigo ou encore de produit lessive… En bouche, c’est imbuvable. Pour l’anecdote, à l’ouverture quelques minutes plus tôt, c’était la plus belle bouteille.

Chambolle-Musigny 1er Cru Les Cras 2009 Hudelot-Baillet

Nez dense et lourd avec beaucoup de richesses. De jolies notes de fruits noirs et d’épices terminent le côté olfactif. En bouche, on retrouve les fruits noirs et les épices. Il y a aussi du poivre. c’est un vin massif et je dois avouer que je ne m’attendais pas à un Chambolle que je trouve souvent très élégant et moins massif.

Après avoir fait honneur à notre région hôte, il est temps de passer aux choses sérieuses avec une petite dégustation de Bordeaux (je sais que ce n’est pas raisonnable, mais promis quand on sera à Bordeaux, on organisera une dégustation de Bourgogne !

Château Latour 1964

Nez fermé et discret. On sent que c’est grand, mais il est timide, sur la retenue. Des notes de chocolat et de tabac se détachent. En bouche, c’est tannique, long, équilibré, distingué et aristocratique. Des notes de mûres et de fruits noirs. Très bon (ADN 19/12)

Château Latour 1938

Une bouteille avec un niveau proche de l’épaule. Le nez est épineux. En bouche, c’est bouchonné. Dommage, car on sent une belle matière (ADN 7/3)

Château Latour 1937

Nez de café/moka, de truffe, de betterave et de vinaigre de Modène. La matière est bien présente en bouche, c’est dense, long et fluide. Peut-être que les tannins ne sont pas purs… disons que c’est le seul défaut qu’on ait pu trouver à cette vieille dame… superbe ! (ADN 12/100)

Château Mission Haut-brion 1934

Nez herbacé, épineux et tertiaire. La bouche est superbe, des tannins purs, une belle matière avec des notes de bois (épineux, résineux). On se demande si c’est bien du 34 au vu de la qualité de cette bouteille. Très bon (ADN 17/10)

Château Latour 1982

La bouteille de la soirée ? En tout cas probablement une des plus grandes que j’ai eu l’honneur de boire. Au nez, c’est superbe. Il est puissant, dense avec des arômes de fruits noirs. En bouche, c’est énorme et il y a une jeunesse déconcertante. Beaucoup de longueur, de profondeur, d’élégance et une matière hors-norme. Extraordinaire ! (ADN 18/9)

Château La Fleur Pétrus 1953

Bouchonnée…

Château Lafite Rothschild 1978

Évidemment, il n’est pas évident d’arriver après cette magnifique série ! Je pense que le Lafitte aura souffert de la comparaison. Beau nez de poivrons. Beaucoup de finesse. On retrouve d’ailleurs cette finesse en bouche. C’est long, large et avec une structure/acidité bien maitrisée. C’est beau, mais en dessous des vins bordelais précédents (37,34 et 82). (ADN 14/17)

Château Ausone 1970

Nez beurré et lactique. Un peu effacé quand même. La bouche part directement sur des arômes de café et de chocolat noir. Le vin est précis, fin et d’une jeunesse étonnante. Beaucoup de longueur pour ce vin élégant et surprenant. Très bon (ADN 14/5)

Château Rauzan-Gassies 1961

Encore une année d’anthologie, même si le vin n’est pas un Latour ou un Lafitte. Nez aromatique et d’une belle pureté. De jolis fruits rouges au second nez. La bouche est monastique et manque cruellement de complexité. Il est décevant dû peut-être au niveau des autres vins ! (ADN 17/10)

Grange 1991 Penfolds

Un vin embouteillé en 1992. Nez confit et confituré avec des notes d’acétone. On sent une extraction de folie, ce qui est un peu « too much » pour moi. En bouche, on s’enivre d’arômes de cassis et de prune. Le vin est massif et écoeurant. Le lendemain le vin sera d’ailleurs beaucoup plus plaisant. Cette bouteille nécessiterait encore quelques années de vieillissement….

Mavrodaphne – vin Grec estimé entre fin XIXème et début XXème.

Le Mavrodaphne est un vieux cépage rouge qui sert à faire des vins de dessert. Couleur brillante de café et de caramel. Le nez est riche avec une puissance alcoolique étonnante. Des raisins de Corinthe et aussi des notes de banane font leur apparition. C’est superbe et complexe, mais on se retrouve face à un vin avec une forte teneur en alcool… On imagine aisément les 25 degrés ! On a l’impression d’être face à un vieux Porto ou un vieux Madère Bastardo ou Terrantez. Superbe

On finira avec un cigare Davidoff Château Latour pour faire honneur aux vins de la soirée. Un moment magique et exceptionnel quand on sait la rareté de ce module. Un grand merci à Benoît pour l’accueil et pour ce cigare d’un autre temps.

Fin de ce week-end magique en Bourgogne.

écrit par | Publié dans: Soirées "les Tueries" | Mots clefs: , , , , , , , , ,

Commentaires

pas encore de commentaires.

Laissez un message

Gravatars sont autorisés. Inscrivez-vous gratuitement!